23 déc. 2011

Le shopping beauté à Paris, paradis ou enfer ?

Celles qui me suivent sur Twitter et Facebook savent que le weekend dernier, j'ai été passer 2 jours à Paris. Habitant dans un trou paumé du Loiret, je dois dire que le contraste entre ma vie de "paysanne" et celle des citadines a été assez intense. Non seulement j'en ai pris plein les yeux, mais aussi plein les jambes (parce-que mine de rien, à Paris, il faut oublier la voiture et marcher des kilomètres), plein les oreilles (le bourdonnement perpétuel de la circulation) et le nez (les joies du métro).

Je dois avouer que lors de cette virée shopping et (re)découverte de la capitale (j'y étais déjà allée à plusieurs reprises, me cantonnant majoritairement à Bercy et au Bataclan pour les concerts ainsi que les Champs Elysées pour les magasins), j'ai été gagnée par un sentiment étrange de dégoût et d'opulence : à Paris, il y a trop de choses, trop de boutiques, trop de choix, trop de tout. Si bien que je ne savais plus sur quel pied danser, où me jeter, quoi regarder, quoi acheter. Et figure-toi qu'au final, je suis repartie bredouille. Oui, bredouille !

Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir vu de belles choses, notamment en matière de produits de beauté (ce qui nous intéresse ici).


Tout d'abord, j'ai commencé mon périple par le passage obligé au Sephora des Champs Elysées. Pour celles qui n'y ont jamais mis les pieds, je peux vous dire qu'il vaut le détour et que sa superficie équivaut sans nul doute celle de mon Super U. A chaque marque son rayon (là où dans le Sephora le plus proche de chez moi il y a un rayon pour 5 marques) et sa maquilleuse attitrée. Je n'ai jamais vu autant de vendeuses (et de vendeurs) au cm². Effrayant ! Tous les produits en édition limitée sont bien présents, en quantités astronomiques (il y avait des piles entières des palettes Too Faced qu'on ne trouve plus nulle part). 
Le paradis ? Non, je dirais même que c'était l'enfer sur terre. Parce-qu'en fait, tout et rien à la fois ne m'a fait envie. Quand on me met trop de choses sous le nez, ça me fait fuir. Un conseil donc, avant de mettre un pied dans ce Sephora : avoir une liste toute faite de produits à acheter. Dans le cas contraire, fuyez !


Passage obligé chez Monoprix pour voir le rayon Essie en vrai. Je n'ai pas eu de coup de coeur, il faut dire que j'aurais bien tout acheté. J'ai également mis les pieds chez Kiehl's, la fameuse marque de soins qui est une tuerie à ce qu'il paraît, mais que je n'ai pas encore testée. J'ai regardé les produits, sans grande conviction, parce-que là encore, je n'avais pas d'idée précise de ce dont j'avais envie/besoin.


Non loin de là, j'ai eu le plaisir de trouver les boutiques de Make Up For Ever et de M.A.C. Là encore, j'en ai pris plein les yeux. Malheureusement, les vendeurs qui me sautent dessus pour me conseiller, ça me fait déguerpir (oui, je suis sauvage). Alors, même si j'ai vu des 100aines de rouges à lèvres, des milliers de fards à paupières, j'en passe et des meilleures, ben non, je n'ai rien acheté et je n'ai pas eu le coup de coeur. Tous ces produits glissaient sur moi telle la pluie sur mon parapluie.

Oui, j'ai fait ma blasée de la life. A tel point que je suis passée devant Bobbi Brown et The Body Shop sans même m'y arrêter et que j'ai simplement jeté un oeil à la boutique Lush, sans même songer y mettre un pied. Parce-que Paris, c'est bien, mais je pense qu'il faut le budget qui va avec.


Dans mon trou paumé, j'ai l'avantage de ne pas être tentée en permanence avec mon Marionnaud rikiki et mon Beauty Success qui fait 10 m². Pour ce qui est du reste, tout se passe par internet. Parce-que moi, quand j'achète, ce n'est pas sur un coup de tête (comme j'aurai pu le faire tout au long de ce weekend parisien). Tout est mûrement réfléchi : je mets dans mon panier, je cherche des codes promos, je retire des produits, je tergiverse, j'en rajoute, je refais le tour du site, je laisse la nuit me porter conseil et je passe commande le lendemain (ou pas).
Si j'avais fait cela au Sephora des Champs, je crois que j'y serais encore (les personnes étant avec moi m'ayant abandonnée par dépit entre le rayon Benefit et le rayon Urban Decay).

Toujours est-il que j'ai quand-même adoré Paris, que j'y ai passé de très bons moments (sauf celui ou un gros con gentil Monsieur m'a délicatement éjectée du métro d'un coup dans le dos parce-que je l'avais bousculé), surtout pour la bouffe et les petites boutiques de créatrices de bijoux. Pour le reste, je préfère largement mon shopping via le web, tranquille dans mon canapé, sans bruit, sans pollution, sans troupeau de nanas agglutinées devant 3 rouges à lèvres, sans vendeur métrosexuel qui fait flipper. A bon entendeur...


16 commentaires

  1. Ca me rassure de pas être la seule à avoir ce sentiment, OUF, qu'on est bien devant notre petit ordi, perdues dans nos campagnes !!

    RépondreSupprimer
  2. ça donne envie d'aller à paris!!!!! normalement, je vais y faire une virée en février avce une copine!

    RépondreSupprimer
  3. Rien acheté?? Bravo, quelle abnégation, quelle maîtrise!! (même pas une ptite tour eiffel en plastoc? :( )
    C'est vrai que pour avoir vécu trèèèès longtemps dans des mini-villes, et d'avoir tout fraichement débarqué à Paris... je préfère largement faire les magasins là où ils sont moins fréquentés (c'est à dire : ailleurs qu'à Paris). Faire la queue pour essayer, faire la queue pour payer, attendre, voir du monde partout, etc... arg arg!
    Donc finalement, je te comprends ^^.

    RépondreSupprimer
  4. J'avais halluciné devant le Sephora des Champs-Elysées également, tout comme toi. Je voulais des trucs, et au final je suis repartie avec des produits que je pouvais très bien acheter dans ma propre ville. Comme quoi, les rayons alignés de maquillage font vite perdre la tête...

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi qui suit "rurbaine" mais qui a le choix entre 7 Sephora à vingt minutes de chez moi, j'avoue que c'est quand même plus plaisant de voir les produits en vrai parce que je sais que j'orai aucune mauvaise surprise sur un produit. Mais c'est vrai que ce soit pour les fringues ou les cosmétiques.. No way les gens qui vous pousse de partout et l'impossibilité d'accéder à quelconque rayon. Par contre j'ai entendu jusqu'à hier pour me trouver un Essie.. comme quoi, mi-avantage, mi-inconvénient. Les Sephora ou on attend 20 minutes la vendeuse.. BOF !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Lucie,
    J'ai passé 5 ans à Paris, d'ailleurs une majeure partie à bosser dans un gros cabinet d'avocat comme documentaliste (ce doit être une des raisons pour laquelle j'aime bien ton blog). Au début je n'achetais rien à Paris car idem il y avait trop de choix, trop de boutiques. La première année a d'ailleurs été difficile, je vivais dans 12m² et je rentrais tous les week-end dans ma Touraine d'origine. Avec le temps ça passe et aujourd'hui, j'ai quitté Paris depuis quasiment 7 mois (évidemment je ne bosse plus dans un gros cabinet d'avocat). Quand j'y reviens (il m'arrive d'y passer) la foule ne me manque pas, les transports en commun qui sont souvent défaillants quand même mais plus triste quelque part : je me sens un peu déconnectée de mes anciens collègues que je revois. Nous avons des vies bien différentes et je ne te parle même pas du regard des avocats avec qui j'ai bossé ;).
    Voilà un commentaire un peu long mais en cette période de fin d'année où en général j'aime faire le bilan des choses, ton billet m'a fait penser à tout ça.
    Joyeux noël Lucie

    RépondreSupprimer
  7. Hello,
    Ton article m'a bien plu (quoique maintenant, je ne vais plus bouger de chez moi, haha). Mais je trouve que tu as totalement raison. Je préfère mon petit Séphora et mon mini Marionnaud que le Séphora des Champs. On trouve peut-être moins de choses, mais au moins, on est sûr de pouvoir prendre notre temps et tout. On est peut-être pas aussi bien conseillé, mais je trouve ça mieux. Enfin, voilà. :)
    Passe un joyeux Noël, en espérant que le Père Noël te gâte beaucoup, beaucoup. (l)

    RépondreSupprimer
  8. En même temps, Paris au mois de décembre... C'est normal que les magasins soient bondés, les gens font leurs courses de Noël. Surtout si tu y es allée un week-end !

    Enfin, je ne serai pas objective parce que j'adore Paris et je me suis habituée à la foule, je n'y fais même plus attention. Et Internet c'est bien, mais ça ne vaut pas les swatches en vrai de vrai :).

    Bref, je vais être la seule à défendre Paris ahah, mais moi c'est la dépression quand je rentre chez mes parents à Montpellier. Les Sephora me paraissent vides et je râle de ne jamais trouver telle ou telle marque que je trouve sans difficulté à Paris.

    RépondreSupprimer
  9. Merci à toutes pour vos commentaires. ;)
    Il est vrai que d'aller à Paris un week end avant les fêtes, ce n'est pas forcément l'idéal pour faire les boutiques. ;) Mais cela mis à part, c'est aussi le fait que l'offre soit si large (et que je ne sois pas habituée) qui m'a fait tout drôle. Je me suis retrouvée toute bête au milieu du Sephora, ne sachant pas par quoi commencer. Un drôle de sentiment...
    Malgré tout, j'aime Paris. Je trouve que cette ville envoie du rêve. Par contre, je ne pourrais jamais y vivre. Je trouve le quotidien parisien terriblement usant. J'y suis restée 2 jours pour faire du shopping et j'étais crevée. Alors je n'ose imaginer celles qui y travaillent... Pfiouuu...

    Je vous souhaite à toutes de Joyeuses Fêtes et merci pour vos gentils commentaires. :)

    RépondreSupprimer
  10. Le moins ou le trop avec Paris, c'est la foule, le gigantisme, la profusion pour toutes choses, le plus c'est seulement l'énorme et impensable choix et quantité avec l'assurance de trouver ce dont tu as envie; Mais deux jours de shopping marathon et c'est l'overdose pour moi! Et puis aussi, parfois trop de choix tue l'envie...
    Bisous d'une campagnarde :)

    RépondreSupprimer
  11. Tu relates vraiment bien une journée type à Paris pour une provinciale comme toi et moi. Moi aussi, Paris c'est magique, mais Paris bah j'y achète jamais rien ou en tout cas, pas pour le moment. Ps : Ton article fais désormais parti de la sélection de Share the Paper de Dimanche.

    RépondreSupprimer
  12. MsOriginalDoll : Merci pour le clin d'oeil à mon billet dans ton Share The Paper ! Ça me fait super plaisir ! ;) Sinon, ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à connaître ce sentiment étrange qui nous gagne quand on va à Paris... ;)

    RépondreSupprimer
  13. pareil petit rat des champs paris c'est sympa mais de loin... c'est usant pour le shopping plus qu'a attendre 2-3 ans avant qu'un kiko ouvre ses portes..

    RépondreSupprimer
  14. Je prend bonne note pour mon w-e à Paris, ne faire que les magasins qu'on a pas en province.

    En même temps je suis pas assez maso pour aller au Séphora des Champs-Elysées un samedi après-midi

    RépondreSupprimer
  15. mdrrrr ta virée de shopping !
    j'habite à paris, et j'ai le même ressenti, je préfère commander sur internet.
    mais aussi, je préfère aller shopper dans mon quartier, à place d'italie, il y a petit centre avec sephora / mac / marionnaud / yves rocher / body shop au même endroit.

    les champs élysées, c'est blindé de monde, j'habite à paris, mais je n'y vais jamais.

    RépondreSupprimer
  16. Sans vendeur métrosexuel qui fait flipper : Maxi fou rire

    RépondreSupprimer