Hello les Gibberishettes !

Un petit mot pour vous dire que je suis de retour très bientôt.
J'ai décidé de faire une petite pause "bloguesque" non préméditée ce mois de juillet.
Pas mal de rendez-vous médicaux (pour ne pas changer !) et nous sommes à nouveau dans les travaux à la maison (ce qui me change les idées pour le coup ;) !

Je reviens début août si tout se passe bien.
Je vous retrouverai alors avec la suite et fin de notre #ViceLipstickProject et plein d'autres chouettes choses.
En attendant, je vous donnerai des nouvelles sur les réseaux sociaux (Twitter et Instagram principalement) au cas où vous seriez en manque de mes âneries habituelles.
Enfin, en cas d'urgence, je reste en "sous-marin" sur le blog. Le traitement des mails et des commentaires sera un peu plus long que d'habitude mais je serai là en cas d'urgence.

À très vite (vous me manquez déjà) !

24 nov. 2011

Le billet gore de la semaine : Dessine-moi un bouton !

En cette journée bien paisible, j'ai envie d'apporter un peu d'horreur dans ton quotidien. Oui, je suis méchante et j'aime ça (niark ! niark !). Et j'espère bien que tu t’apprêtes à prendre ton repas, histoire de bien te dégoûter (mouah ! ah ! ah !).

Mais j'ai remarqué que les billets sur les boutons ça te plaisait bien. Il faut dire que c'est un sujet universel, un thème qui rassemble, la problématique fédératrice, genre "On est toutes dans le même bateau, chérie !". Nous sommes toutes égales devant les boutons. Enfin... Presque. Parce-qu'il y a ces rescapées de la vie qui ont reçu, tel un don du ciel, l'immunité face aux boutons. Je ne sais pas ce qu'elles ont fait en échange pour mériter ça, mais ça doit pas être joli-joli...

Sur les boutons, il y a au moins 3 choses dont nous sommes certaines :
  1. Ça arrive par surprise (souvent la nuit), pile le jour où ça ne devrait pas (photo de classe, rendez-vous avec un ex, entretien d'embauche pour un job de vendeuse chez Sephora).
  2. Plus on y touche, plus il devient rouge, puis blanc, puis rouge à nouveau (parce-qu'on est passées par là), puis vert des fois (mais là, faut consulter je pense) et ça laisse des marques (qui disparaissent au bout de 2 semaines). Bref, c'est moche.
  3. Ça n'est pas uniquement réservé aux ados pré pubères qui passent leurs journées à bouffer des chips et des Skittles, le tout mélangé à 4 cannettes de Coca (par jour, évidemment). Non ça arrive aussi à des trentenaires qui bouffent des pousses de bambou et des steaks de soja en buvant du thé vert. Parce-que les boutons, c'est un peu la loterie, et c'est pas juste.

Alors voilà, les boutons, on les voit toutes les semaines (voire tous les jours), mais savons-nous vraiment à qui nous avons affaire ? (syndrome de la Mamie Gaga : notre gentille voisine qui a 36 chats, qui nous fait des grands sourires quand on la croise tous les jours mais qui, en vrai, est une vieille mémé, affreuse avec sa famille... et ses chats). 
J'ai donc voulu creuser le sujet pour savoir ce qu'était un bouton, physiologiquement parlant, et ainsi comprendre pourquoi il décide un jour, tranquillos, de débarquer sur notre face. Et là, j'en ai appris des choses. Et pas des plus ragoutantes.


En gros, tout se passe au niveau de ce qu'on appelle le follicule pilo-sébacé, à savoir la racine de nos poils où se trouvent aussi les glandes sébacées qui produisent le sébum. Jusque-là, tout va bien.


L'apparition des comédons (points noirs et points blancs) : Lorsque les glandes sébacées s'activent de trop, notre production de sébum est à son top niveau. En parallèle, les cellules de la couche superficielle de la peau prolifèrent de façon excessive mais ne s'éliminent pas. Si bien que le canal par lequel s'écoule le sébum (au niveau du follicule) s'obstrue. C'est ainsi qu'apparaissent les comédons (aussi appelés lésions rétentionnelles).
La différence entre un point noir et un point blanc est simple à comprendre. Un point blanc se forme lorsque le sébum accumulé qui a mal tourné (associé à la bactérie propionibacterium acnes) reste sous la surface de la peau. Le pore est fermé et un point blanc se forme. En revanche, le point noir est la face visible de l'iceberg, le pore est dans ce cas ouvert et on découvre alors une substance noire à la surface de la peau.
La différence entre un point blanc (à gauche) et un point noir (à droite).

La transformation en boutons (papules et pustules) : A cause de cette rétention de sébum au niveau du follicule, la bactérie propionibacterium acnes, normalement présente dans la peau, y trouve son bonheur et se multiplie anormalement en sécrétant des substances inflammatoires. Pour se défendre, le corps envoie alors des globules blancs et la paroi du pore est rompue. Apparaissent ainsi les boutons (lésions inflammatoires) : papules ou pustules.
La différence entre une papule et une pustule est aussi très simple à comprendre. Dans le cas de la papule, on observe une inflammation de la peau due à l'arrivée des globules blancs fissurant la paroi du pore et gonflant ce dernier. La papule se transforme quelques jours plus tard en pustule, les globules blancs remontant à la surface de la peau (et créant ce liquide blanc tout dégueulasse). 
La différence entre une papule (à gauche) et une pustule (à droite).


Rien qu'avec cela, je viens de comprendre 3 choses sur les boutons :
  1. Je comprends mieux pourquoi, quand je touche à un petit bouton blanc de rien du tout (qui en fait, est un point blanc), celui-ci se transforme en une grosse pastèque rouge toute gonflée dans l'heure qui suit. J'ai simplement excité la fameuse bactérie et rompu la paroi du pore. Pas bien ! 
  2. Je comprends aussi pourquoi, quand il m'arrive de m'agacer sur un point noir, non seulement je finis avec le pif de Bozo le Clown, mais aussi je me réveille avec plein de trucs bien dégueulasses à la place le lendemain. Beaucoup moins discrets pour le coup.
  3. Et enfin, oui, enfin ! Je comprends mieux cette phrase, celle qu'on nous a rabâchée à toutes mais que personne n'a jamais écoutée : "Arrête de toucher à tes boutons !". Sauf que grâce à ce billet, nous pourrons répondre gaiement et à l'unisson : "Mais, ce ne sont pas des boutons, mais des lésions rétentionnelles, ce qui est totalement différent (pigé ?) !!".

... Ce qui ne nous empêchera pas, par la suite, de lui éclater sa face à ce fichu bouton blanc/point blanc/point noir/papule/pustule, peu importe son appellation. Non mais !


Liens utiles : Brevoxyl - Doctissimo - Bozo le Clown. Source schémas : Acne-club.


8 commentaires

  1. Article ragoûtant mais fort utile pour comprendre réellement ce qu'est un bouton, et là on sait tout ;)
    Des bises !
    cheriehelene.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. Hahaha! Merci, j'ai bien ri (alors que les boutons, ça me fait pas, mais pas DU TOUT rire). Saleté.

    Célestine

    RépondreSupprimer
  3. c'est vrai que c'est pas jojo tout ça !

    RépondreSupprimer
  4. Comme tu le dis plus haut, je suis une "rescapée de la vie" alors, ou "immununisée", parceque des boutons j'en ai bien eu jeune ado, mais si peu et je ne me suis jamais acharnée dessus, ca passait très vite, clean quoi!
    Et quand je dis "acharnée", c'est bien le mot car j'ai souvent remarqué que même celles ou ceux qui n'en ont pas à l'instant présent cherchent à claquer le bouton chez les autres; Qui n'a pas dit ou entendu dire: "Attends, t'as un bouton là, j'peux l'percer???"
    C'est fou comme ca attire ces petites choses noires ou blanches!!!

    RépondreSupprimer
  5. C'est quand même bien dégueulasse, mais je dois dire que depuis un bon bout de temps environ 1 an je n'ai plus de boutons donc je suis tranquille, mais jamais de ma vie je n'ai eu de points noirs et plus jamais de ma vie je ne tripotera un bouton blanc. Merci pour ton article très instructif en tout cas.

    RépondreSupprimer
  6. merci pour cet article sur les boutons points noirs pustules degueu, j'en ai appris beaucoup! Je sature sur les boutons depuis quelque temps, je comprends mieux pourquoi je dois me résoudre à ne plus toucher à ces saloperies (on y croit;-))
    Mais, question: quand on fait un soin visage chez une esthéticienne alors, c'est pas bien du tout en fait??!

    RépondreSupprimer
  7. Et bien je me posais la même question. Puisque l'esthéticienne nous retire les points noirs, pourquoi nous on n'aurait pas le droit ? Je pense que la différence c'est que nous on y va un peu à l'arrache, les mains propres au minimum. Je sais que les esthéticiennes (certaines en tout cas) utilisent des papiers ou cotons afin qu'il n'y ait pas de contact direct entre les doigts et le bouton. Ça doit limiter l'infection... Pour le reste je ne sais pas. Moi j'arrive pas à m'empêcher de vouloir exploser un bouton blanc. C'est plus fort que moi... et c'est moche ! ;)

    RépondreSupprimer
  8. Hi therе this is kіnda of off topic but I was
    wondеring if blogѕ uѕе WYSІWYG еԁitors oг if you have to
    manuаlly code with HTML. I'm starting a blog soon but have no coding experience so I wanted to get guidance from someone with experience. Any help would be enormously appreciated!

    My website: reversibilities

    RépondreSupprimer