23 oct. 2017

Quatorze

[Extrait de mon journal intime ; le prénom de Monsieur BG a été changé en... "Monsieur BG" ;)]
Samedi 25 octobre 2003 - 15H15. 
Salut tout le monde ! J'ai une tonne de choses à vous raconter depuis la dernière fois ! Je ne trouve jamais le temps d'écrire ces temps-ci car soit je travaille, soit je suis sur le PC (sic). Là, je suis dans mon lit et je pense à plein de choses. J'ai "Too close to leave" dans la tête, je ne sais même pas pourquoi... Bref... [...] On a beaucoup discuté sur le chat de Caramail avec Monsieur BG. Enfin, on a surtout raconté pas mal de conneries lol. Et puis on s'est vu tous les jours à partir de mardi (pas celui-là, celui d'avant) et on a bien rigolé. Et donc, ben de mon côté, de plus en plus de sentiments quand-même. Le courant passe trop trop bien. En fait, on se sentait plus à l'aise à chaque fois qu'on se parlait et/ou se voyait. 


Lundi du début de la semaine dernière on a passé un aprèm' terrible au Murray (au Murrayfield - un pub de Bourges, ndlr). On s'est marrés comme jamais mais après dans le bus, totale déprime car j'avais trop l'impression que lui, il ne ressentait rien... Enfin moi en tout cas, je partais trop en live parce que ça faisait des lustres que je n'avais pas été amoureuse comme ça... Et puis plus ça allait, plus on se rapprochait quand-même... Mardi soir, après les cours, on a été chez lui et puis il m'a accompagné je ne sais combien de fois à la gare.
Et puis mardi soir sur internet justement, avec Monsieur BG, on a discuté de tout ça pendant longtemps. Il m'a finalement avoué qu'il avait des sentiments (j'ai gardé la conversation sur MSN) et puis en fait on a fini par décider de se mettre ensemble. J'étais trop trop heureuse ! Le lendemain par contre, j'étais trop stressée de la vie, j'avais peur que ça se passe mal. Mais en fait, trop pas. On s'est fait un bisou et il m'a direct pris la main et puis après il m'a accompagnée à la gare... C'était trop trop bien ! Trop heureuse de la vie et lui aussi donc c'est encore mieux ! Il me prend tout le temps la main et c'est génial ! Et puis après le Murray, il est venu en cours avec moi. C'était trop bien ! J'suis trop heureuse, très amoureuse et j'ai envie que ça dure !

20 oct. 2017

Je n'aurais jamais parié sur eux et pourtant...

Il y a indiscutablement des périodes où j'ai ce besoin irrépressible de dépenser mes sous. Et il y en a d'autres où je tergiverse à peu près 36 plombes avant d'acheter. Dernier exemple en date : l'achat de mon nouveau fond de teint. J'ai dû chercher, réfléchir, retourner la question dans tous les sens ("J'essaye ou pas ?", "J'ai peur que ça ne me convienne pas !", "Si ça se trouve il est trop clair...", "Je devrais peut-être pas changer finalement..."), mettre dans le panier puis retirer du panier pendant deux semaines avant que Monsieur BG finisse par me dire : "Bon, tu vas le commander ton fichu fond de teint ?". Oui, je suis comme ça et ça m'épuise moi-même par moments (que ma vie est compliquée... ;). Acheter sur un coup de tête, ça ne m'arrive finalement que très rarement parce que les quelques fois où j'ai pu le faire, j'ai bien souvent été déçue par mes acquisitions.


Il n'en reste pas moins que j'ai la collectionnite aigüe et qu'il y a des objets que je m'amuse à collectionner parce que je suis toujours en quête du mieux. Le meilleur mascara (même si j'ai trouvé mon Graal avec le Mega Volume Miss Hippie de L'Oréal, je ne peux m'empêcher de tester d'autres choses - et à chaque fois, c'est fatalement moins bien), le meilleur recourbe-cils, le meilleur baume à lèvres, le meilleur fond de teint, le meilleur shampoing, ... Et je pourrais continuer comme ça pendant des heures. Et puis on a toujours des idées préconçues sur certaines choses. On se dit que ce bidule-ci, il n'est pas fait pour nous. Qu'à ce truc-là, on ne s'y laissera pas prendre. Mais comme j'ai l'habitude de le dire, il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis et je crois exceller dans le retournement de veste ces derniers temps. Voici quelques bidules beauté sur lesquels je n'aurais jamais parié et qui, pourtant, ont chamboulé mon petit quotidien de beautysta.

17 oct. 2017

Le Vice Lipstick du mois : Rapture

J'aurai tout fait pour repousser l'échéance mais le voici bel et bien, le dernier billet de notre Vice Lipstick Project ! En fait, et pour ne rien vous cacher, si j'ai mis un temps monstre à rédiger cet article, c'est parce que pour mettre le point final à notre belle aventure, je devais vous présenter Rapture (Vice Lipstick pour lequel vous aviez voté en majorité) et Reverb - le Vice Special Effects qui était censé clôturer la chose en apothéose. Sauf que voilà, je ne vais pas y aller par quatre chemins : le Vice Special Effects Reverb est une daube monumentale ! Vraiment ! J'ai rarement vu un produit pour les lèvres aussi merdique (excusez-moi l'expression) et j'ai bien tenté de réaliser un make up sympa avec ce truc, mais c'était moche, moche et re-moche !


Alors j'avais le choix. Terminer le Vice Lipstick Project sur une note décevante (et donc pas du tout à l'image de mon amour pour les Vice Lipstick d'Urban Decay) ou passer sous silence (ou presque) cette déception en me contentant de vous présenter le très beau Rapture. J'ai laissé le temps filer et j'ai finalement opté pour la seconde alternative. Alors ne m'en veuillez pas. Rapture, je l'ai porté un nombre incalculable de fois depuis que je l'ai acheté (cet été il me semble). Il est donc déjà bien usé et fatalement pas très très photogénique avec sa petite tête toute abîmée. Mais comprenez-moi, Rapture est tout bonnement l'un de mes Vice Lipstick préférés, oui rien que ça (et c'est pour cette raison qu'il fallait absolument que je vous le montre - au diable Reverb !).

13 oct. 2017

Mon quotidien de maman blogueuse

Si mes souvenirs sont bons, j'ai commencé à bloguer en 2009 (ou en 2010, enfin dans ces eaux là). J'étais alors étudiante à l'École des Avocats de Poitiers, prête à passer mon CAPA pour devenir avocate. Je ne sais plus trop comment l'envie d'écrire sur les cosmétiques m'est venue. Disons que (comme vous le savez) j'ai toujours adoré écrire (j'ai eu mon premier journal intime vers mes 8 ans et j'ai arrêté d'y écrire quand j'ai rencontré mon mari 10 ans plus tard, c'est dire !) et, en parallèle, j'ai toujours beaucoup apprécié le maquillage. Je n'avais pas énormément de temps libre, études et stages obligent, mais j'avais ce besoin de m'échapper vers un monde un peu plus futile, aux antipodes de celui du Droit en tout cas. Le "support" blog beauté m'est alors apparu comme une évidence. J'en lisais déjà quelques-uns (les dinoblogs Babillages, La vie en blonde et Beauté Blog pour ne citer qu'eux) et j'avais envie de faire pareil.


Quand j'ai entamé mon année sabbatique post-pétage de plombs "ras le c** du Droit !", j'avais alors tout le temps devant moi pour écrire des articles. Je faisais ma petite tambouille dans mon coin avec mon appareil photo numérique, mes moyens matériels de l'époque et mon peu de connaissances en matière de cosmétiques. Et j'en étais très heureuse ! J'ai tout de suite trouvé quelque chose d'hyper épanouissant dans le blogging, quelque chose que je n'arrivais pas à trouver ailleurs (et encore moins dans mes études). De fil en aiguille, le blog a réussi à trouver ses lectrices et une petite place dans la blogosphère. De fil en aiguille, j'ai gagné confiance en moi et j'en ai été la première étonnée. Dire qu'aux débuts de ce blog, il était hors de question que je vous montre mon visage !